Le B.I.A à Fromente     
 

  • Vous le savez, le collège propose à la rentrée prochaine le Brevet d’Initiation Aéronautique aux élèves de Troisième.
  • 20 élèves sont inscrits, un groupe très mixte puisqu’il y a autant de filles que de garçons !
  • Monsieur Jazzini, professeur de mathématiques et responsable du projet et Monsieur Quentin, chef d’établissement se sont rendus à l’aéroclub de Pérouges-plaine de l’Ain afin de mettre en place la convention permettant aux élèves de réaliser les vols prévus dans le cursus du B.I.A.
  • Nous avons donc fait connaissance avec Monsieur Gilbert Darmon, président de l’aéroclub et Monsieur Pierre Clary, ancien de l’aéronavale et chef pilote.
  • Certifié superviseur de formation BIA, ce dernier s’assurera de la conformité de l’enseignement délivré à nos élèves.

    L’aéroclub de Pérouges et son aérodrome ont été créés en 1952 par Robert Darmon, ancien officier de l’Armée de l’Air, et trois de ses amis passionnés d’aéronautique. Situé près de la célèbre cité médiévale du même nom, l’aéroclub de Pérouges est doté d’une piste en herbe de 700 mètres et est équipé de quatre avions légers de type DR-400 et PA-28. Fort de ses quatre-vingt-dix membres actifs et de ses six instructeurs, il est orienté vers l’initiation et la formation des jeunes pilotes. Nul doute que ce cadre bénéficiera à l’excellence de la formation de nos élèves.

    Nous en avons évidemment profité pour prendre un peu l’air à bord d’un des PA-28 du club ; un petit vol de prise en main qui nous a amené droit vers St Didier au Mont d’Or afin de saluer le collège.


    • Monsieur Jazzini, en pilote chevronné,
      fait le tour d’avion avant le décollage et les pleins de carburant.      

    • Le directeur aux commandes, concentration maximum, sous l’œil bienveillant de M. Jazzini !

TÉMOIGNAGES DE NOS ÉLÈVES SUR LEURS PREMIERS VOLS AU BIA  : ICI

LÉGENDE DE LA PHOTO : LE GROUPE B.I.A, PROMOTION 2018-19
DEVANT UN MIRAGE III C, AVION MYTHIQUE DE L’ARMÉE DE L’AIR

  • Le jeudi 28 mars, les élèves du groupe B.I.A ont eu la chance de visiter la base aérienne 942 Jean Robert. Il s’agit d’une base un peu particulière puisque sans piste ni avion …mais c’est un lieu hautement stratégique pour la défense et la surveillance aérienne aux niveaux national et européen dans le cadre de l’OTAN.
  • En effet, cette base abrite des radars de surveillance aérienne qui couvrent une très grande partie du territoire français, ainsi qu’un centre de contrôle des aéronefs, et elle est aussi le siège du Commandement de la Défense Aérienne et des Opérations Aériennes (CDAOA), organe central dans le dispositif de planification et de conduite des opérations de l’armée de l’air, et accueille certaines  unités de ce grand commandement.
  • Nous avons été accueillis par le LCL Osdoit qui a retrouvé dans notre groupe un collègue, le LCL Jazzini, ancien pilote de chasse, aujourd’hui professeur de mathématiques et coordinateur du B.I.A au collège, c’est dire si nous étions bien guidés.
  • Nous avons découvert quelques-uns des services de la base : le COSMOS (Centre Opérationnel de Surveillance Militaire des Objets Spatiaux), le CMOA (Centre Météorologique des Opérations Aériennes) et le CCS (Centre de Coordination et de Sauvetage), parmi ceux qui n’étaient pas classés « Secret-Défense » et c’est déjà beaucoup. Ainsi nous avons appris qu’au sein du COSMOS, une surveillance constante se fait, depuis la base aérienne, de l’ensemble des objets en orbite autour de notre planète et surtout au-dessus de l’espace aérien national. Seules 5 nations au monde disposent de cette capacité, dont la France, une manière de se rappeler de la modernité et de la compétence des forces armées françaises. Même si tout ne nous a pas été révélé, secret oblige, nous avons touché du doigt la complexité de cette surveillance qui doit permettre de détecter d’éventuelles menaces mais aussi, en lien avec le C.N.E.S (Centre National d’Etudes Spatiales) de participer à la mise sur orbite de satellites grâce à notre fusée Ariane.
  • Le CMOA, en charge de l’établissement et de l’exploitation des données météorologiques au profit des opérations aériennes, et le CCS qui gère la direction nationale des opérations de recherche et de sauvetage en cas de détresse ou d’accidents d’aéronefs, ont permis la révision de notions abordées lors des cours du mercredi après-midi. La visite s’est poursuivie, après un repas pris au mess, par la présentation des différents métiers de l’Armée de l’Air et la rencontre avec un pilote de chasse venu nous expliquer son cursus au sein des forces aériennes françaises.

Une journée riche d’apprentissages et de découvertes, un accueil des plus chaleureux sur une base où nous avons pu croiser tous les uniformes et tous les grades et constater également que l’Armée de l’Air est aussi l’arme la plus féminisée en France, de quoi éveiller des vocations chez les filles qui constituent la moitié de notre groupe !

 

Pour les passionnés d’aviation 
Découvrez la nouvelle BD de vincent qui vient tout juste de sortir .
 

FOCUS SUR L’ILLUSTRATEUR  » VINCENT BD » :
Aujourd’hui Lyonnais, Vincent est né à Aurillac dans le Cantal en 1974. Formé à l’école Émile Cohl de Lyon, il débute en 1997 et 1998 dans l’univers des jeux vidéo, chez Calysto, puis chez Doli Denki jusqu’en 2004, année où il collabore à l’adaptation en jeux vidéo de « Winnie l’ourson » pour la société Disney. Depuis toujours tenté par la bande dessinée, il publie ses premières planches dans la revue « Aviasport » tout en mettant au point un projet personnel. C’est en 2005 qu’il propose Albatros aux éditions Glénat, série dont le premier album est publié l’année suivante. Il revendique l’énergie tenace dans le trait de Régis Loisel et l’art de la mise en scène de Bernard Yslaire. Rares sont les jeunes auteurs qui font preuve d’une telle perfection dans l’élaboration du scénario et d’une aussi grande maturité graphique. C’est sans la moindre hésitation que nous plaçons aujourd’hui à la Une, la Jeune Pousse d’hier.

Texte © Glénat

Son site : ici
Son Facebook : ici